Actualités de la fondation

Aymeric, un coach pas comme les autres

Actualités
News
Portrait
19 Mai 2020 Aymeric, un coach pas comme les autres

Aymeric fait partie des coachs que la Fondation Jérôme Lejeune a mis en avant à l’occasion de la Journée mondiale de la trisomie 21, le 21 mars dernier. Portrait d’un garçon rayonant et ambitieux.

Aymeric a 24 ans. 

Il est le second d’une grande fratrie de 8 enfants, né 15 mois après son frère ainé. Sa trisomie 21 a été suspectée à la seconde échographie de la grossesse, à cause d’une cardiopathie sévère. Une fois le choc de l’annonce passé et le chemin d’acceptation commencé, la grossesse et la naissance de ce petit garçon ont été sereines. Il a toujours participé à toutes les activités de la famille avec ses frères et sœurs, au rythme de sa singularité. Il a appris à faire du vélo, à parler, à lire, à écrire, à jouer au ping-pong mais tout cela à son rythme. Une école de patience pour toute la famille.

Aymeric a suivi une scolarité « normale » : de la maternelle à côté de chez lui, dans une petite école de quartier, puis au primaire à l’école Lamazou, première école en région parisienne avec une classe pour l’inclusion scolaire (CLIS) qui accueillait, au sein d’une même classe, des enfants avec un handicap. A la fin du primaire s’est posée la question de la suite. Après des réponses négatives par manque de place de différents collèges avec Ulis, et à l’occasion de l’inscription de son frère en classe de 3ème à Stanislas, les parents d’Aymeric parlent au directeur de leur famille. Ce directeur a fait le pari d’intégrer Aymeric dans la classe Ulis Collège existante, jusque-là réservée aux enfants autistes. Seul jeune avec une trisomie 21 au départ, Aymeric a ouvert la voie à de nombreux autres jeunes trisomiques. Deux ans après son arrivée, une deuxième classe Ulis ouvrait, mélangeant autisme et trisomie, pour le plus grand bénéfice de chacun. 

Aymeric est précurseur et ses parents des battants ! A la fin du collège, ils ont décidé, avec l’Apel (l’association des parents d’élèves de l’enseignement libre) de Stanislas, de créer « une année passerelle » entre collège et lycée. Cette année permettait aux jeunes avec un handicap de réfléchir au métier qu’ils voudraient faire, grâce à des propositions de stages dans des entreprises qui se sont engagées avec Stanislas pour faire découvrir différents métiers : accueil, restauration, travail dans des jardins, blanchisserie, travaux administratifs…

Ces années essentielles, aujourd’hui dans le cadre de l’Ulis Lycée de Stan, permettent aux jeunes de gagner en autonomie, d’être accompagnés pour avancer vers une vie professionnelle. 

Depuis septembre 2015, Aymeric travaille comme salarié dans la restauration chez Elior. Il est agent polyvalent de restauration, c’est-à-dire qu’il met en place et range la salle de restaurant des professeurs de Stanislas, en équipe avec deux autres collègues. Il se rend à son travail tout seul, de même qu’à ses nombreuses activités.

Parce qu’Aymeric, c’est aussi la joie de vivre, une joie et une énergie débordantes ! 

Il aime tellement la musique que sa maman lui a appris à danser le rock, ce qu’Aymeric fait avec merveille, pour son plus grand bonheur et celui de sa partenaire… Il faut vous dire qu’il danse très bien ! Tennis, théâtre, batterie, piano, il met son sourire et sa bonne humeur dans chacune de ces activités. 

Avec « Meet your coach », Aymeric n’a pas le moins du monde été intimidé par la caméra, les photographes. C’est avec un grand naturel qu’il a répondu aux questions, donnant ses conseils de vie, avec le micro-cravate accroché à son pull-over. 

En conclusion son conseil, plein de sagesse et de spontanéité : « pour être heureux, il faut sourire, danser, avoir beaucoup de joies. Il faut discuter avec les gens pour qu’ils soient heureux. Et si tu es triste, il faut un câlin pour consoler le chagrin ».

 
Partager l'article sur