La Fondation Jérôme Lejeune, acteur de la défense de la vie, intervient dans le cadre des élections 2017 pour interpeller les candidats et les citoyens sur les enjeux de bioéthique qui feront l’actualité en 2018 (révision de la loi de bioéthique). A l’occasion de l’élection présidentielle, la Fondation publie un document de référence « Bioéthique, quelle politique pour la France ? », pour :

  • INFORMER des mesures bioéthiques observées depuis 2012 sur des thèmes qui ont marqué l’actualité : avortement, procréation médicalement assistée, euthanasie, recherche sur l’embryon, GPA, don d’organes, eugénisme et trisomie 21.
  • DÉCRYPTER ces enjeux par des experts.
  • FAIRE DES RECOMMANDATIONS pour les prochains responsables politiques. La révision de la loi de bioéthique sera l’occasion de concrétiser ces recommandations.

 

Pour Jean-Marie Le Méné, président de la fondation Jérôme Lejeune :

 

« La lecture de ce bilan fait apparaître :

  • UNE ACCÉLÉRATION DES RÉFORMES dites « sociétales » qui vont dans le sens du transhumanisme c’est-à-dire de la priorité donnée à la technique et au marché sur l’éthique, sans le moindre souci clairement exprimé des finalités poursuivies.
  • UNE PULVÉRISATION DE LA NOTION DE LIMITE au profit de celle de progrès infini. Dans une vision à la fois libérale et libertaire, tout ce qui peut être fait doit être mis à disposition de tous. Est juste ce qui va dans le sens du progrès, est injuste ce qui s’y oppose.
  • UNE REDUCTIO AD BARBARUM DE L’ADVERSAIRE. Le barbare était hier celui qui n’entendait pas le grec, il est aujourd’hui celui qui n’entend pas le progrès (au sens où l’entendent les usurpateurs). Il importe donc de le neutraliser : censure d’un film défendant les enfants trisomiques, délit d’entrave à l’information sur l’avortement, pétition de chercheurs sur l’embryon et d’eugénistes contre ceux qui font respecter la loi, etc.

Une dernière chose doit être précisée. Le bilan présenté est celui d’une parenthèse de cinq ans. Mais il s’inscrit dans un temps beaucoup plus long : celui des lois de bioéthique de 1994, 2004, et 2011 qui ont préparé et rendu possibles les transgressions concentrées du quinquennat sans qu’aucune régulation n’ait jamais été efficace.

Il est temps pour les politiques qui reviendront au pouvoir de mettre un terme à ce mélange d’idéologies confuses et de fausses publicités qui ont usurpé les quartiers de noblesse de la science et de la médecine au détriment de leurs usagers, bénéficiaires et créanciers. »

 

 

 

Pour avoir un aperçu des thèmes traités dans le Bilan bioéthique de la Fondation Jérôme Lejeune, cliquez ci-dessous.

TRISOMIE 21 : STIGMATISATION ET EUGÉNISME
EUTHANASIE : DES DÉRIVES LÉGALISÉES
DON D’ORGANES : L’UTILITARISME PRIVILÉGIÉ
EMBRYON : UN MATÉRIAU POUR LA RECHERCHE
PMA : UNE INDUSTRIE EN PLEIN ESSOR
AVORTEMENT : UNE PROMOTION REVENDIQUÉE
GPA : L’INSIDIEUSE ACCEPTATION

 

 

Chère future Maman

Voir d’autres vidéos

Newsletter mensuelle

Institut Jérôme Lejeune