Camille monte au filet

Cette lycéenne qui atteindra bientôt sa majorité a intégré l’équipe de France de ping-pong en sport adapté, rattachée à la Fédération Française de Tennis de Table (FFTT). Portrait de celle qui s’apprête à faire partie des 1000 athlètes de haut niveau en France.

Dans son équipe de pingpong, Camille côtoie 3 filles et 4 garçons, tous atteints de trisomie 21. Elle s’entraîne trois à quatre fois par semaine et apprend à peaufiner son « service marteau ». Le ping-pong, c’est une affaire de famille. C’est avec son papa que Camille touche pour la première fois une raquette, vers 12 ans. Dans son club, Camille s’épanouit et impressionne : « J’aime l’endroit et les personnes », assure-t-elle avec entrain. Car Camille est une sportive de haut niveau. Elle participe le 20 mai au Championnat de France, à Gravelines.

camille3Camille participe aussi à diverses compétitions de la FFTT en milieu valide, et a été sélectionnée en février pour intégrer le Pôle Espoirs de la Fédération Française de Sport Adapté (FFSA) qui se bat pour que toute personne porteuse de handicap puisse pratiquer un sport.

Pour compléter son palmarès, elle présente son dossier à l’Union des Sports pour les athlètes atteints de trisomie 21, la « Sport Union for athletes with Down Syndrome » (SUDS) qui lui ouvrira des compétitions internationales.

Même si elle avoue largement préférer le ping-pong au lycée, Camille continue cependant sa scolarité dans un lycée ULIS1 dans un CAP « Agent polyvalent de restauration ». Cursus qui lui vaut d’être en stage au Buffalo Grill deux jours par semaine. L’équipe et Thomas, son maître de stage, l’ont accueillie à bras ouverts et veillent à son bien-être et à sa formation professionnelle. Tout comme avec son équipe de ping-pong, Camille s’épanouit dans l’équipe du restaurant avec Fred, le patron, tous les serveurs et particulièrement son amie Elodie en cuisine. Par ailleurs Camille avoue que son régime de sportive ne l’empêche pas de craquer pour ses péchés-mignon en cuisine : frites, jambon, saucisson…. Camille est très entourée au travail mais aussi et d’abord par sa famille. Durant son enfance, sa grande soeur Marie s’occupe beaucoup d’elle, l’emmène partout et l’entraîne même à la gymnastique, sport que Camille aime beaucoup en plus de la danse moderne.

camille1

Pour Sandrine, sa maman, Camille a toujours été une grande joie. Elle et son mari ne savaient pas que Camille était porteuse d’un handicap à sa naissance. Ce n’est qu’au fil des examens, comprenant que leur fille avait des problèmes cardiaques, que l’équipe médicale l’annonce aux parents : « Ils n’ont pas prononcé tout de suite le mot trisomie. La pédiatre a dit qu’elle était un très beau bébé, qu’elle serait aimée, qu’elle serait un peu différente avec son petit chromosome en plus. » Ses parents accueillent alors Camille comme elle est et assurent qu’ils « se battraient jusqu’au bout pour elle ». Mais ce que la pédiatre n’avait sans doute pas deviné c’est le vrai petit plus que ce beau bébé avait : un grand talent pour le ping-pong !

 

Facebook RejoignezTwitter suivez