Emprisonnement d’une jeune Pakistanaise qui serait trisomique

NADEEM KHAWER/EPA

Emprisonnement d’une jeune Pakistanaise qui serait trisomique : La Fondation Jérôme Lejeune s’associe à l’indignation mondiale face à cette abomination et propose à l’ambassadeur du Pakistan à Paris une expertise médicale.

 

 

Emprisonnement d’une jeune Pakistanaise qui serait trisomique : La Fondation Jérôme Lejeune s’associe à l’indignation mondiale face à cette abomination et propose à l’ambassadeur du Pakistan à Paris une expertise médicale.

La Fondation Jérôme Lejeune, experte en diagnostic et prise en charge des déficiences intellectuelles d’origine génétique, dont l’une des missions essentielles est la défense des personnes atteintes de trisomie 21, s’associe à l’indignation mondiale contre l’emprisonnement de la jeune fille pakistanaise que la plupart des sources signalent comme atteinte de trisomie 21.

Elle salue la réaction du ministère français des affaires étrangères dénonçant toute condamnation à mort pour des raisons religieuses ou politiques. En tant que patrie des droits de l’homme, la France doit se mobiliser pour sauver cette jeune fille, de surcroît vraisemblablement handicapée mentale, menacée de mort.

Elle propose que cette question soit inscrite à la prochaine conférence des ambassadeurs qui doit se tenir à Paris à partir de lundi prochain 27 août 2012.

Dans la perspective de l’élaboration du rapport que le président pakistanais Asif Ali Zardi vient de demander, Jean-Marie Le Méné, président de la Fondation Jérôme Lejeune, fait parvenir une proposition à l’ambassadeur du Pakistan à Paris, H.E. Shafkat Saeed. La Fondation Jérôme Lejeune, via sa consultation médicale spécialisée (5000 patients) met à disposition des autorités une expertise afin de préciser le fondement scientifique de l’exonération de la responsabilité de la jeune Rimsha si la trisomie 21 était avérée.