« L’homme est-il une espèce en voie de disparition? »

FIGAROVOX/RENCONTRE – Le rôle grandissant de l’intelligence artificielle dans nos vies pose la question de la place de l’homme dans la société au cours des prochaines décennies. Laurent Alexandre, chirurgien-urologue et neurobiologiste et Jean-Marie Le Méné, président de la fondation Jérôme-Lejeune, en débattent.

Les robots vont-ils supplanter les êtres humains? Ce qui n’était hier qu’un scénario de science-fiction pourrait devenir une réalité dans à peine quelques décennies avec l’avènement de l’intelligence artificielle. C’est la thèse soutenue par le chirurgien Laurent Alexandre dans son dernier livre, La Guerre des intelligences (JC Lattès). Pour Jean-Marie Le Méné, auteur de Les Premières Victimes du transhumanisme(Pierre-Guillaume de Roux) et président de la Fondation Jérôme-Lejeune, premier financeur de la recherche sur la trisomie 21, aucun logiciel ne pourra jamais imiter la complexité de l’âme humaine. Le vrai danger pour l’avenir de l’homme est la marchandisation de la vie.

Extraits :

Oui, les transhumanistes sont eugénistes.Laurent Alexandre
Le transhumanisme fait des victimes chez les trisomiques plus qu’il ne les guérit.Jean-Marie Le Méné, Président de la Fondation Jérôme Lejeune.
L’incroyable découverte scientifique, qui a vu que la femme enceinte avait des traces du génome de son enfant dans le sang, a été utilisée pour détecter la trisomie 21. Le marché explique aux mères qu’il n’est pas souhaitable de faire naître des «mongoliens» et les bio-techs engrangent des milliards grâce à ces nouvelles technologies, c’est une économie de rente qui est indigne.Jean-Marie Le Méné, Président de la Fondation Jérôme Lejeune.

Un débat à lire en intégralité dans Le Figaro.