François, trisomique ami de Madame Lejeune et d’Alexis Gruss

Vous vous rappelez certainement de François : à la fin de la première soirée du spectacle de cirque donné en décembre dernier au profit de la Fondation, le jeune garçon était venu apporter des fleurs à Madame Lejeune.

francoosVous vous rappelez certainement de François : à la fin de la première soirée du spectacle de cirque donné en décembre dernier au profit de la Fondation, le jeune garçon était venu apporter des fleurs à Madame Lejeune.

Puis il avait pris Alexis Gruss et son petit-fils par la main et les avait entraînés dans une danse joyeuse autour de la piste ! La spontanéité de François, sa joie de vivre, avaient touché tous les spectateurs. Et certains n’ont pas manqué de le reconnaître parmi les enfants de chœur qui servaient, le 11 avril, la messe de clôture de l’étape diocésaine du procès en béatification de Jérôme Lejeune.

Agé de 13 ans, François est le cinquième d’une fratrie de six. Le regard pétillant, il nous parle avec fierté de ses nombreux amis – dont Mathieu, Aymeric, Marc – et, aussi, de son école.

Car François est élève à Stanislas, le célèbre établissement privé parisien.  Depuis la rentrée 2010, Stanislas accueille une seconde classe d’ULIS (Unité localisée d’inclusion scolaire)

avec, entre autres, des enfants atteints de trisomie 21. Mayté, la maman de François, commente volontiers : « Tout ce dont on rêve pour son enfant, nous le trouvons là : d’abord parce que le regard posé sur l’élève est positif et bienveillant. Ensuite parce que l’école est exigeante sur l’éducation, tout en respectant les capacités scolaires de chacun ». Mayté est admirative de la compétence des enseignants, qui savent tirer parti de tout pour faire progresser chaque enfant.

François, qui opine du chef, nous fait part aussi de son enthousiasme : à l’école, il a beaucoup de travail (y compris le soir…), mais il joue souvent, va à la piscine, à la danse et au théâtre ! Et manifestement, il est heureux de déployer ainsi sa belle énergie.

Il rêverait aussi de jouer d’un instrument de musique, d’apprendre à faire la cuisine et, par-dessus tout,… de faire du cirque plus tard ! « Pourquoi pas être clown, nous dit François, ou acrobate !? »