Le Wall Street Journal se fait l’écho de l’indignation internationale de la censure de Dear Future Mom

logowallstreet

La France en guerre contre les discours anti-avortement

30 novembre 2016

 

Le gouvernement interdit la diffusion de la vidéo Dear Future Mom sur les écrans publicitaires de télévision montrant le bonheur des enfants porteurs de trisomie 21 

Dans la plupart des pays européens, l’avortement est légal, mais ses partisans cherchent par tous les moyens à bannir les efforts déployés pour que les femmes qui y réfléchissent puissent changer d’avis. Pour preuve, l’interdiction faite en France de diffuser un clip vidéo mettant en scène des enfants trisomiques qui semblent tout à fait heureux.

Créé pour la journée mondiale de la trisomie 21, le clip montre plusieurs enfants pleins de vie s’adressant à une femme se posant la question de l’avortement.

« Chère Future maman », commence l’un, « n’aie pas peur ». « Ton enfant pourra faire plein de choses, » reprend un autre. « Il pourra te faire des câlins. » « Il pourra courir vers toi. » « Il pourra te parler et te dire qu’il t’aime. » : Il y a quelques mois, le CSA a fait retirer le clip des antennes et en novembre le Conseil D’Etat, qui est la plus haute juridiction administrative française, a  confirmé cette interdiction, puisque selon lui le clip pouvait « troubler la conscience » des femmes ayant avorté d’un bébé trisomique.

Les partisans pro-vie dénoncent cette décision qui fait obstacle aux efforts déployés pour réduire le nombre d’avortements suite à la détection d’une trisomie 21. D’après la Fondation pro-vie Jérôme Lejeune, qui s’est battue pour faire annuler l’interdiction, quatre-vingt-seize pour cent des grossesses pendant lesquelles on détecte que l’enfant est porteur de trisomie 21 sont avortées en France. Affaire à ranger sous l’étiquette « non-libérale » des libéraux autoproclamés.