Interview du Professeur Roger Reeves lauréat du Prix International Sisley Jérôme Lejeune 2012

Interview du professeur Reeves, qui a reçu le Prix International Sisley Jérôme Lejeune 2012 pour récompenser l’ensemble de sa carrière et sa recherche sur la trisomie. 

FJLJ-PrixSisley-mini

  • Félicitations pour le Prix International Sisley-Jérôme Lejeune ! Que représente ce Prix pour vous ?

Comme la plupart des chercheurs, je n’ai pas travaillé pour la gloire ! Cela n’en est pas moins un sentiment incroyable, d’avoir une reconnaissance comme celle-ci, tous ces efforts et tout ce pour quoi vous avez travaillé si dur votre vie entière d’adulte ! Il est difficile de mettre des mots là-dessus…

  • Le Professeur Lejeune a construit de nombreuses hypothèses scientifiques sur des approches thérapeutiques pour la trisomie 21 à partir d’observations cliniques. En quoi ce type d’approche est-il important ?

Ceci est absolument essentiel et c’est pour cela que nous développons le modèle murin. En fait, nous poursuivons ce qu’il a initié. Nous avons trouvé les bases génétiques puis développé les modèles de souris qui reprennent ces bases génétiques, et à partir de cela nous cherchons à identifier les expressions de ces bases génétiques, que l’on appelle “ phénotypes ” au laboratoire, que nous appellerions “ signes cliniques ” chez une personne. Nous avons ainsi des “ outils ” performants de modélisation de la maladie.

  • Vous avez été un pionnier dans la création de modèles souris trisomiques 21. Qu’est-ce qu’apporte l’étude de ces modèles ?

Les bases génétiques de ces modèles sont bien définies grâce à notre connaissance des génomes humain et murin. Nous avons maintenant des modèles de souris trisomiques pour une partie ou la quasi-intégralité des gènes présents en trois exemplaires chez les patients. Ces modèles de la trisomie 21 nous permettent de mieux comprendre les effets de certains gènes sur le développement, ainsi que leurs fonctions.

  • Quels sont vos espoirs concernant la recherche sur la trisomie 21 ?

Je souhaiterais que les difficultés des patients porteurs de trisomie 21 puis-sent être normalisées. Il y a beaucoup d’effets liés à la maladie, et la méthode qui se révèle la plus efficace à ce jour, et qui nous mène jusqu’aux essais cliniques, est celle qui consiste à se concentrer sur tel ou tel aspect de la trisomie 21. Le déficit intellectuel est l’un des aspects majeurs sur lequel nous nous focalisons. C’est le sujet des études cliniques en cours.

  • Quelle a été votre motivation pour travailler sur la trisomie 21 ?

Lorsque j’ai commencé à travailler sur la trisomie 21, j’étais très jeune et je pensais qu’il s’agissait du problème génétique le plus compliqué. Je me suis dis… si je peux faire quelque chose pour cette cause, cela pourrait être bien ! La rencontre avec les personnes concernées a été déterminante aussi. Elle change réellement les perspectives. Elle conduit à penser en termes plus larges. Or il y a tant d’aspects à considérer… il y a en effet de quoi consacrer toute sa vie professionnelle à ce sujet !

 


 

Les Prix : Prix International Sisley-Jérôme LejeunePrix Jeune Chercheur Jérôme Lejeune
Les Lauréat du Prix International Sisley – Jérôme Lejeune 2012 : Pr. Roger Reeves
Membres du Jury International Sisley-Jérôme Lejeune 2012
Les Lauréats du prix Jeune Chercheur – Jérôme Lejeune 2012 : Maxime Fieschi, Damien Maréchal
Membres du jury du prix Jeune Chercheur – Jérôme Lejeune 2012
Dossier de Presse 2012