Journée nationale de la trisomie 21

15 Novembre 2020

A l’occasion de la journée nationale de la Trisomie 21, la Fondation Jérôme Lejeune relaie la campagne de l’association canadienne Choice 42. Ces vidéos à l’humour décalé dénoncent l’eugénisme de la Trisomie 21, en pointant les faux arguments compassionnels qui justifient l’avortement des personnes handicapées. 

Les mots bien choisis et les raisonnements employés pour soulager la conscience de notre société moderne qui élimine des êtres imparfaits, ne peuvent dissimuler la violation délibérée du respect sacré de la vie humaine.

Employant un style et un ton subtil, les actrices de cette campagne démasquent l’idéologie, le mensonge et la violence qui trament les fondements et la réalité de l’avortement.

La Fondation Jérôme Lejeune qui assure au sein de sa consultation le suivi de plus de 10000 patients dont la plupart sont porteurs de trisomie 21, dénonce l’élimination de 97 % des enfants trisomiques détectés avant la naissance. Elle appelle le monde à un sursaut d’humanité dont la grandeur se mesure à l’accueil qu’elle réserve aux plus faibles et aux plus vulnérables de ses membres.

 

Une campagne qui ouvre à la vie

Vidéo n°1 : Bienveillance

Cette vidéo décrit avec cynisme les faux arguments compassionnels qui sont utilisés pour justifier l’avortement des personnes handicapées. Cela permet de donner à certains une bonne conscience mais le résultat est l’élimination de masse d’une population d’enfants dits « imparfaits », avant leur naissance. 

Vidéo n°2 : les cheveux bleus

Toujours avec cynisme et grâce à la métaphore des cheveux bleus, cette vidéo dénonce le racisme chromosomique qui conduit à l’élimination systématique des enfants porteurs de trisomie 21, qui ne rentrent pas dans les codes de la normalités édictés par nos sociétés. Elle nous invite à nous engager dans la lutte contre ce racisme qui conduit à l’élimination de milliers d’enfants à naitre aujourd’hui. 

Vidéo n°3 : Le canal magic

Les droits de l’Homme ? Bien sûr, mais pas pour tout le monde ! Cette vidéo décrit avec un humour décapant une dure réalité. Les droits de l’Homme ne sont pas un acquit gagné dès l’instant de la conception, mais dépendent du bon vouloir de ceux qui accordent ou refuse à l’enfant le droit de naitre. Dans la société des droits de l’Homme, il est temps que tout le monde y ait droit ! 

Vidéo n°4 : Le mot qui commence par "A"

Dans la même veine que les trois vidéos précédentes, cette séquence met en lumière l’omerta qui entoure le choix des mots. En ne nommant pas les choses, on refuse la réalité. C’est bien sûr le cas du mot avortement auquel on préfère la formule IMG ou IVG, pour ne pas avoir à se rapporter à la définition très claire du dictionnaire, à savoir l’élimination d’un être humain.