L’avortement

 

Des recommandations pour 2017-2022

Sur le plan politique

FAIRE de la baisse du nombre d’avortements un objectif de santé publique. La France est un des pays européens dont le taux d’avortements est très élevé : pour une population de 66 millions d’habitants, 229 000 avortements ont été réalisés en France en 2015 alors que l’Allemagne -80 millions d’habitants- recense moins de 100 000 avortements en 2015, l’Italie -60 millions d’habitants- en recense 88 000, et l’Espagne -46 millions d’habitants- 94 188.

Sur le plan légal

RETROUVER une cohérence juridique en réintégrant la notion de détresse à l’article L2212-1 du Code de la santé publique.

RENDRE la liberté d’expression et d’opinion intacte sur le sujet de l’avortement – abroger la loi sur le délit d’entrave à l’avortement si celle-ci est validée par le Conseil constitutionnel.

ABROGER les dispositions de la loi santé concernant l’avortement afin de réintégrer le délai de réflexion de sept jours avant un avortement, supprimer les contrats d’objectifs et de moyens qui contraignent les hôpitaux à remplir un quota d’avortements, revenir sur la réalisation d’avortements par les sages-femmes, interdire la pratique d’avortements chirurgicaux dans les centres de santé etc…

ABROGER la résolution relative au « droit fondamental » à l’avortement.

INTERDIRE toute publicité et information incitatives sur l’avortement.

Sur le plan budgétaire

SUPPRIMER le remboursement de l’avortement.

A minima, RÉFLÉCHIR au bien-fondé du remboursement intégral de l’avortement et des actes y afférents.

REVENIR à une égalité de traitement entre les femmes en commençant par rembourser intégralement les femmes qui subissent une fausse couche spontanée.

SUPPRIMER les subventions au Planning familial qui promeut l’avortement.

 

Chère future Maman

Voir d’autres vidéos

Newsletter mensuelle

Institut Jérôme Lejeune