La recherche croisée sur la trisomie 21 et la maladie d’Alzheimer avance !

L’équipe de Carmen Martínez-Cué (Espagne), subventionnée en 2016 par la Fondation Jérôme Lejeune dans le cadre des appels à projets, a confirmé que le gène Dyrk1a jouait un rôle majeur dans la dégénération des neurones, en lien avec le vieillissement.

Publication : Neurobiology of Disease 106 (2017) 76-88. Garcia-Cerro S., et al.

Le gène Dyrk1a, situé sur le chromosome 21, intervient en effet dans la mise en œuvre des plaques amyloïdes et la surexpression des protéines Tau, marqueurs de la maladie d’Alzheimer.

Cette étude confirme donc que la recherche d’inhibiteurs spécifiques du gène Dyrk1a est prometteuse pour la stratégie thérapeutique de la trisomie 21 mais aussi de la maladie d’Alzheimer !

Par ailleurs, l’important partenariat entre la Fondation Jérôme Lejeune et le laboratoire ManRos Therapeutics a permis une première publication internationale sur la synthèse moléculaire d’inhibiteurs du gène Dyrk1a. Ces travaux préliminaires annoncent le développement d’inhibiteurs forts, sélectifs et solubles à visée thérapeutique dans la trisomie 21 et la maladie d’Alzheimer.

Publication : Indole-3-Carbonitriles as DYRK1A Inhibitors by Fragment-Based Drug Design. Rosanna Meine, Walter Becker, Hannes Falke, Lutz Preu, Nadège Loaëc, Laurent Meijer and Conrad Kunick : Meine R., et al. Molécules 2018, 23(2), 64.