Le congrès de Monaco : une rencontre incontournable sur les cellules souches adultes.

Eliane Gluckman est la présidente du comité scientifique du colloque international sur les nouvelles perspectives des cellules souches adultes qui aura lieu du 26 au 28 novembre à Monaco.

Eliane Gluckman Eliane Gluckman est la présidente du comité scientifique du colloque international sur les nouvelles perspectives des cellules souches adultes qui aura lieu du 26 au 28 novembre à Monaco. Elle est l’auteur de la première greffe de sang de cordon réussie, chez un enfant atteint d’une anémie de Fanconi

Ancien chef du service hématologie et greffe de moelle osseuse de l’hôpital Saint-Louis de Paris, le Pr Eliane Gluckman est présidente de l’Ecole Européenne d’Hématologie (ESH) ; elle conduit des recherches menées dans ce domaine. Elle préside également le réseau EUROCORD qui a pour but d’évaluer et de développer les greffes de sang de cordon en Europe.

Qu’est-ce qui a été déterminant dans votre participation à ce congrès ?

Pr Eliane Gluckman : ce congrès est spécialisé sur les cellules souches adultes, dont les cellules de sang de cordon. Je travaille depuis de nombreuses années sur les cellules souches hématopoïétiques et j’ai pu constater les progrès rapides de la recherche fondamentale sur les cellules souches adultes.

Des essais thérapeutiques sont déjà en cours aux Etats-Unis, au Japon, en Chine, en Corée, à Singapour.

Des forums comme celui que nous organisons fin novembre permettent une interaction entre les équipes et entre les disciplines : recherche fondamentale, développement de banques, et d’applications cliniques.

LE CONGRÈS DE MONACO
Du 26 au 28 novembre, le congrès fera le point sur la recherche responsable sur les cellules souches adultes et les perspectives thérapeutiques, 3 ans après le congrès de Rome. Il est co-organisé par l’Académie pontificale pour la Vie, le Comité consultatif Bioéthique Monaco, la Fédération internationale des associations des médecins catholiques et la Fondation Jérôme Lejeune.
www.stemcellsmonaco2009.org

Quelles indications thérapeutiques nouvelles voyez-vous dans un proche avenir et de manière plus lointaine ?

Pr G. : les indications thérapeutiques nouvelles sont prometteuses. Elles pourraient être utilisées en thérapie cellulaire pour les traumatismes de la moelle épinière, et les maladies du système nerveux, certaines cécités par dégénérescence maculaire, et d’autres tissus comme le pancréas, le foie, l’os et les cartilages. Mais on ne sait pas si elles seront applicables dans un proche avenir.

Mettre en place des traitements à grande échelle est une opération longue et compliquée : il est indispensable de s’assurer du rapport bénéfice/risque et de veiller à ce que cela ne pose pas de problèmes éthiques.

Que pensez-vous des cellules iPS ?

Pr G. : le concept est révolutionnaire et fondamental. Pour l’instant, il n’est pas envisageable d’utiliser les cellules iPS en thérapeutique – elles ne se développent pas bien – mais leur découverte fait avancer nos connaissances…