Le Sénat a voté un amendement pour Vincent Lambert et contre la « culture du déchet »

La Fondation Jérôme Lejeune remercie les sénateurs qui ont voté un amendement rappelant la réalité de l’hydratation pour tout être humain : celle d’un soin fondamental qui lui est dû quel que soit son état de santé ou son niveau de handicap, et qui dès lors ne peut être interrompu, sous prétexte d’un acharnement thérapeutique.

La Fondation Jérôme Lejeune salue les sénateurs de gauche et de droite (notamment à gauche mesdames Génisson et David et à droite messieurs de Legge, Retailleau, Gilles, Revet, Pozzo di Borgo, Leleux, Barbier, Chasseing, Gate et Roche) dont les prises de parole ont permis de rappeler la dignité et l’humanité des personnes handicapées ou malades, ainsi que le courage des soignants et de leurs proches qui les accompagnent.

Ils semblent rejoindre la préoccupation du pape François exhortant, en tant qu’autorité morale, les responsables politiques européens le 24 novembre dernier (à Strasbourg) pour qu’ils œuvrent contre cette « culture du déchet » qui élimine les êtres humains quand ils ne sont plus jugés utiles ou dont la vie est décrétée indigne d’être vécue. Ils semblent aussi rejoindre l’encyclique sur le respect de la nature publiée aujourd’hui :

« Quand on ne reconnaît pas, dans la réalité même, la valeur d’un pauvre, d’un embryon humain, d’une personne vivant une situation de handicap – pour prendre seulement quelques exemples – on écoutera difficilement les cris de la nature elle-même. Tout est lié. »

Encyclique LAUDATO SI (paragraphe 117)

Lire le communiqué de Presse sous format PDF.