L’image de la Fondation Jérôme Lejeune jugée excellente – IFOP

La Fondation a mandaté l’Institut d’études d’Opinion IFOP pour réaliser une étude auprès de ses donateurs*. Les résultats les concernent tout autant que la Fondation.

Cette enquête consistait à étudier, avec la rigueur des méthodes de cet institut, l’image que les donateurs ont de la Fondation Jérôme Lejeune et de sa Lettre d’information. L’exercice était inédit dans l’histoire de la Fondation qui suivait jusqu’alors l’évolution de son image au moyen de quelques coups de sonde, instructifs mais relatifs et incomplets.

schema

L’objectif de l’étude était double : tout d’abord mieux connaître l’image globale de la Fondation et de ses trois missions telles qu’elles sont perçues et jugées par les donateurs, et d’autre part analyser la manière dont la Lettre de la Fondation est appréciée pour dégager des voies d’amélioration. Pour recueillir la photographie la plus exacte possible de l’image de la Fondation et de la Lettre, l’IFOP a préconisé de mixer un volet quantitatif auprès de 853 personnes/donateurs invitées à remplir un questionnaire auto-administré et un volet qualitatif de deux « tables rondes » d’une heure et demie composées chacune de 8 donateurs.

sondage1

Les conclusions de l’étude ont été présentées en septembre dernier : elles montrent d’abord la qualité exceptionnelle de l’adhésion existant entre la Fondation et ses donateurs et de leur parfaite connaissance du travail qu’elle accomplit dans les domaines de la recherche scientifique, de l’accompagnement médical des personnes atteintes de la trisomie 21 et de leur famille, du respect et de la préservation de toute vie humaine. Les donateurs ressentent une « continuité » des actions de la Fondation avec l’œuvre du Professeur Jérôme Lejeune et estiment qu’elle a su se développer avec efficacité en s’ouvrant sur les nouveaux fronts, tant médicaux, scientifiques qu’éthiques. Globalement, les donateurs adhèrent à chacune des 3 missions de la Fondation même si certains manifestent un intérêt plus vif pour telle ou telle mission en particulier. Cet attachement, jugé très fort par l’IFOP, a créé au fil du temps des liens étroits de confiance et d’affection autour de valeurs partagées.

En résumé, le projet scientifique de la Fondation est jugé d’avant-garde car il ambitionne d’offrir aux personnes atteintes de déficience intellectuelle plus qu’un traitement mais un « autre avenir ».
Les donateurs voient dans le « mélange » de recherche scientifique et de prise en charge médicale l’une des particularités de la Fondation qui lui donne une couleur humaniste et rationnelle unique en son genre.
Quant à elle, la dimension éthique à travers la défense de la vie « partout où elle est menacée » (l’attention extrême à la dignité humaine, selon un donateur) est considérée comme l’une des composantes de la Fondation, même si on relève à l’analyse quelques divergences sur le soutien qu’elle a apporté à Vincent Lambert.

Connaître l’image de la Lettre de la Fondation était l’un des objectifs de l’enquête. Les donateurs la considèrent indispensable et apprécient son ton optimiste tout en suggérant quelques pistes d’améliorations. Elle est jugée équilibrée, variée, humaine, documentée, professionnelle.

L’édito de Jean Marie le Méné est particulièrement attendu ainsi que le billet de Madame Lejeune, mais tous les articles sont lus y compris les plus ardus qui concernent la recherche scientifique. La diversité des articles et la richesse des informations de la Lettre sont relevées par les lecteurs ainsi que son esprit : « C’est une lettre pour espérer et se battre », « Je trouve les infos que j’attends ».
De tels résultats réchauffent l’enthousiasme de toute l’équipe de la Fondation et attisent son désir de redoubler d’efforts. Se sentir compris et être encouragés par des amis donateurs qui décryptent parfaitement bien les enjeux de la Fondation et s’engagent auprès d’elle dans la durée représente un cadeau immense qui lui permet de mener avec confiance ses actions en faveur de la vie, d’une science et d’une médecine respectueuses de la dignité de la personne humaine.
C’est parce qu’elle attache une haute importance à la confiance de ses amis que la Fondation doit se regarder en face, s’imposer une grande rigueur dans les décisions, corriger sans cesse ce qui le nécessite et suivre sans hésiter les recommandations de l’auteur de l’Art poétique : « Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage, vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage ».

*Toute l’équipe de la Fondation remercie très chaleureusement tous ceux qui ont pris le temps de répondre à cette enquête.