Mobilisation autour du genre…

Depuis la publication des nouveaux manuels de SVt de 1 ère, les réactions se multiplient et le débat fait rage en France. mais la bataille est loin d’être gagnée : tour d’horizon des actions en cours.

Très inquiets de l’insertion de la théorie du genre dans les manuels scolaires de 1ère , nous vous avons adressé cet été un courrier de mobilisation. Vous avez été très nombreux à nous adresser encouragements et soutiens et nous vous en remercions chaleureusement. Ce courrier d’alerte, que nous avons largement diffusé, a également suscité des commentaires de journalistes, notamment sur le site internet du Nouvel Observateur. Qu’elles soient favorables ou défavorables à notre analyse, ces publications ont contribué à informer les Français du contenu de ces nouveaux manuels.

Au cours de l’été, d’autres organismes se sont mobilisés. Nous nous félicitons de cette convergence d’organismes divers, complémentaires, la Fondation Jérôme Lejeune ayant pour sa part la légitimité d’une fondation scientifique et éthique, ainsi qu’une solide expérience de tous les sujets qui concernent la Vie. Des pétitions ont été adressées à Luc Chatel, ministre de l’Education nationale. Mais celui-ci a fait répondre par son directeur de cabinet qu’il s’agissait d’une “ théorie scientifique ”, ce qui revenait à dire qu’il n’y avait même pas lieu de discuter du sujet !

Cependant, cette mobilisation a porté des fruits puisqu’elle a incité des parlementaires à intervenir sur le plan politique : en effet, mardi 30 août, à l’initiative de Richard Mallié (député des Bouches-du-Rhône et questeur de l’Assemblée nationale), 80 députés de la majorité ont adressé une lettre au ministre de l’Education nationale : ils lui écrivent, notamment, que ces manuels “ constituent au moins trois entorses aux valeurs de l’école laïque et républicaine car l’école doit avant tout former l’esprit critique selon les exigences de la raison et se doit d’être neutre. Par ailleurs, on ne peut obliger les professeurs de SVT à relayer un discours extra-scientifique. (…) Même si la ‘ théorie du genre sexuel ’ n’apparaît pas stricto sensu dans les programmes d’enseignement de SVT, elle est clairement présentée dans les manuels scolaires, ce qui est autant il-légitime que choquant. ”

Les signataires ont conclu leur lettre en indiquant qu’il est “ du devoir de l’Etat de mieux contrôler le contenu des manuels scolaires dont disposent les lycéens ”. Et ils précisent : “ Nous comptons sur votre action afin de retirer des lycées les manuels qui présentent cette théorie. C’est l’éducation de nos enfants qui est en jeu ”.

Cette “ missive ” a suscité de nombreux commentaires, aussi bien dans la presse écrite qu’à la radio et sur internet : des signataires ont été interviewés à plusieurs reprises, tandis que Luc Chatel, le 31 août, tentait de s’expliquer sur les ondes. Sa réponse, hélas, a consisté à dire qu’il n’était responsable que de la rédaction des programmes scolaires et non de la rédaction des manuels, tout en ajoutant que c’est aux enseignants de décider dans le cadre de leur “ liberté pédagogique ” s’ils veulent ou non aborder ces questions ”…

Le ministre de l’Education nationale s’est cependant déclaré favorable à la proposition du président du groupe UMP à l’Assemblée nationale, Christian Jacob, de “ mettre en place très rapidement une mission d’information parlementaire sur les programmes dans les livres scolaires ”.

En attendant, les jeunes de 1 ère recevront cette année un enseignement sur la théorie du genre. En outre, les SVT font dorénavant parties des épreuves anticipées du baccalauréat pour les sections L et ES (1) : les élèves concernés seront par conséquent interrogés sur cette discipline dès juin prochain.C’est pourquoi il nous faut agir de toute urgence auprès des jeunes concernés. La Fondation Jérôme Lejeune s’est donc attelée à la rédaction d’une brochure sur l’identité sexuelle et la théorie du genre.

Réalisée dans le même format que le “ Manuel Bioéthique des jeunes ”, elle sera imprimée dès ce premier trimestre scolaire et très largement diffusée grâce aux nombreux dons reçus à la suite de notre appel estival. Notre objectif est naturellement qu’il soit aussi utile aux jeunes… qu’aux enseignants et aux parents intéressés par le sujet !

La théorie du genre influence de plus en plus largement les sphères médiatiques et politiques, nationales et internationales. C’est pourquoi nous la retrouvons cette année jusque dans les programmes scolaires scientifiques.  Certains penseurs féministes, dont la philosophe américaine Judith Butler, considérent que l’identité sexuelle d’un être humain ne dépend pas forcément de son sexe biologique. Il faudrait donc se libérer de tout a priori de manière à ce que chacun trouve, au fil des expériences, sa véritable identité sexuelle, laquelle dépend surtout de l’orientation sexuelle. 

il y a donc confusion entre préférence sexuelle et identité sexuelle. Une telle doctrine revient à légitimer toutes les formes de sexualité, l’étape suivante consistant à réclamer le droit au “ mariage ” homosexuel et le droit à l’enfant. Et cette dernière revendication s’amplifie d’autant plus qu’elle est rendue artificiellement “ possible ” par les techniques nouvelles : assistance médicale à la procréation, don de gamètes, gestation pour autrui (mères porteuses), auxquels les esprits s’habituent, comme nous l’avons vu récemment au cours des débats de bioéthique.


Pour aller plus loin :
•  Le règne de Narcisse, les enjeux du déni de la différence sexuelle, tony Anatrella, presses de la renaissance, paris 2009.
•  Masculin, féminin, quel avenir ?, Michel Boyancé, edifa-Mame, collection “ Matières à penser ”, paris 2007.
•  Cerveau rose, cerveau bleu : les neurones ont-ils un sexe ? lise eliot, robert laffont, paris 2011.
•  La Vie vivante : contre les nouveaux pudibonds, Jean-claude guillebaud, les Arènes, paris 2011.