TRIAD : Trisomie 21 – Alzheimer’s Disease

Programme de recherche soutenu et financé par la Fondation Jérôme Lejeune

 

Objectif

TRIAD est un programme de recherche innovant, visant à développer un nouveau candidat médicament pour le traitement des troubles cognitifs de la trisomie 21, fondé sur l’inhibition de la kinase DYRK1A.

La plupart des phénomènes physiologiques sont régulés par les protéines kinases, qui catalysent des réactions de phosphorylation dans la cellule. L’inhibition de ces protéines est une approche prometteuse pour la découverte de nouveaux médicaments, car des anomalies de phosphorylation sont observées dans de nombreuses pathologies humaines.

TRIAD vise :

→ A poursuivre les travaux d’optimisation chimique de molécules inhibitrices de DYRK1A
→ A établir de nouvelles preuves de concept sur modèles animaux
→ A entamer les évaluations cliniques chez l’homme

 

Descriptif de l’étude

Au cours des années 80, Laurent Meijer et son équipe ont identifié et étudié la kinase CDK1/cycline B. En utilisant cette kinase ils ont optimisé et décrit différents inhibiteurs de protéines kinases, et déposé près de 40 brevets durant les 25 dernières années.

Faisant suite à ces travaux, le projet TRIAD vise à mettre au point un inhibiteur de la protéine kinase DYRK1A dont l’activité excessive est impliquée à la fois dans les déficits cognitifs associés à la trisomie 21 et à la maladie d’Alzheimer. TRIAD prend appui sur les résultats d’un projet, Pharmasea, qui a permis à partir de substances naturelles, de sélectionner deux familles de molécules inhibitrices de kinases DYRKs/CLKs, dont l’une (RCZ) est inhibitrice sélective de DYRK1A.

 

Repères

• Le projet TRIAD a été lancé en 2014 pour une durée de 4 ans environ.
• La Fondation Jérôme Lejeune s’associe avec le laboratoire MANROS pour ce projet ambitieux.
• MANROS fédère des groupes réputés au niveau mondial dans leur discipline :

→ ManRos Therapeutics (développement de médicament),
→ Biotrial (conduite des essais précliniques et cliniques),
→ Université de Rennes 1 et Paris 5 (chimie du médicament),
→ Institut de Génétique et de Biologie Moléculaire et Cellulaire IGBMC (modèles animaux de la trisomie 21),
→ INSERM/MIRCEN (modèles animaux de la maladie d’Alzheimer).

• Ce projet est reconnu et soutenu par les collectivités publiques : il est financé en partie par les Fonds Uniques Interministériels, et classé en catégorie 1 c’est-à-dire « prioritaire pour l’Etat ». Cela représente une validation scientifique que très encourageante et démontre la solidité scientifique que du projet et son caractère prometteur appliqué à la trisomie 21.

 

Trisomie 21 et Alzheimer

Les personnes trisomiques 21, grâce aux progrès thérapeutiques et aux mesures d’accompagnement, ont une espérance de vie de plus en plus importante. Or cet allongement de l’espérance de vie conduit à observer un développement des symptômes d’Alzheimer après 40 ans chez certaines de ces personnes.

Pour comprendre les liens étroits existants entre ces deux pathologies, la Fondation Jérôme Lejeune contribue à développer le travail des chercheurs internationaux sur le lien entre la trisomie 21 et les processus d’accélération du vieillissement cérébral et notamment la maladie d’Alzheimer. La Fondation a lancé en 2014 plusieurs appels à projets pour comprendre les liens étroits entre ces deux pathologies.

Ainsi, si on arrive à mieux comprendre les mécanismes et à développer des solutions thérapeutiques pour la trisomie 21, les personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer pourront en bénéficier. La recherche sur la trisomie 21 est au service de toute la société.

Chère future Maman

Voir d’autres vidéos

Newsletter mensuelle

Institut Jérôme Lejeune