La bioéthique, au cœur du débat entre science et conscience

taches de rousseur

Dans le terme « bioéthique », il y a le mot «éthique», l’un des tout premiers piliers à fonder la conscience humaine. Le Cardinal Philippe Barbarin, archevêque de Lyon, le définit ainsi :  » La bioéthique est l’analyse rationnelle des problèmes moraux liés à la biomédecine et de leurs liens avec les champs du droit et des sciences humaines ». Ce mot ne cesse jamais d’interroger l’homme sur ses origines, le sens de la vie, la dignité qui lui est due, les droits et les devoirs que cela lui impose.

Force d’interrogation puissante, l’éthique et, par prolongement la bioéthique, renferment des enjeux majeurs dont chacun doit pouvoir apprécier les termes.

 

La Fondation Jérôme Lejeune apporte toute son expertise en matière génétique afin d’éclairer le débat sur des questions aussi importantes que :

  • le maintien de l’interdiction de la recherche sur l’embryon ;debat-recherche
  • l’interdiction du clonage ;
  • toutes les formes de dépistage anténatal qui n’auraient pas pour objet premier de soigner et d’accueillir un enfant mais d’opérer à une sélection permettant d’éliminer ceux présentant des anomalies chromosomiques ;
  • la médecine prédictive ;
  • l’introduction de la dimension économique et financière dans les choix éthiques de politiques de santé.

 

 

De manière plus générale, la Fondation a vocation à intervenir sur l’ensemble des thématiques médicales quand il s’agit du respect et dignité de la vie humaine.


 

jean-paul-video

« L’embryon humain, un « matériau » pour la recherche? » Partie 1

Par le Dr Henri Bléhaut

Fondation Jérôme Lejeune

 

 


 

jean-paul-video

« L’embryon humain, un « matériau » pour la recherche? » Partie 2

Par le Dr Henri Bléhaut

Fondation Jérôme Lejeune

 

 


LA VÉRITÉ SUR le clonage :

  • On distingue souvent le « clonage reproductif », très largement condamné, du « clonage dit thérapeutique » présenté comme un moyen qui permettra à terme de soigner des patients.
  • Le « clonage dit thérapeutique » consisterait simplement à transférer quelques-unes de vos propres cellules somatiques dans un ovule énucléé et à cultiver l’ensemble avec la finalité altruiste de vous en faire bénéficier dans le cadre de la thérapie cellulaire.
  • En fait, le transfert de noyau somatique, c’est très précisément du clonage reproductif. Il n’y a donc pas deux types de clonage, l’un pour produire des bébés qui serait immoral et l’autre qui pourrait être accepté parce que sa finalité serait de produire des médicaments.
  • Le clonage, s’il fonctionne dans l’espèce humaine, ce qui n’est pas encore démontré, est toujours reproductif. Le clonage dit thérapeutique n’est qu’un clonage reproductif interrompu au cours du développement embryonnaire pour en extraire, moyennant la destruction de l’embryon, les cellules souches convoitées. Dès lors si le clonage reproductif est un crime, le clonage dit thérapeutique l’est doublement.

Chère future Maman

Voir d’autres vidéos

Newsletter mensuelle

Institut Jérôme Lejeune