Questions et réponses – Alimentation

Puis-je allaiter mon nourrisson ?

L’allaitement du nourrisson est tout à fait possible. Les nourrissons ont tendance à dormir beaucoup et à ne pas réclamer leurs repas. Cela implique d’éventuellement faire le choix de les réveiller à des heures régulières pour les nourrir. Il arrive que le bébé régurgite beaucoup et qu’il ait du mal à prendre du poids. Il existe maintenant plusieurs laits susceptibles de résoudre en partie ce problème grâce à des produits qui enrichissent le lait pour permettre au bébé de mieux grossir.

La longueur des tétées peut être épuisante pour la mère. Pour les biberons, il faudra trouver la tétine qui convient le mieux selon que l’enfant fait des fausses routes (avale de travers) ou non. Il peut être utile d’épaissir le lait : il faut voir avec son médecin si cela est requis et de quelle manière le faire.

Comment apprendre à mon enfant à manger ?

Comme pour les autres enfants, la diversification demande de la patience car un plat, avant d’être accepté, devra parfois être présenté de très nombreuses fois. Afin d’encourager la mastication, on peut commencer par des aliments mous (avocat après 1 an, betterave, mangue, viande blanche, poisson, etc.).

Pour la mastication et la déglutition, l’orthophoniste peut être de bon conseil. Pour apprendre à l’enfant à croquer, on peut proposer avant le repas de croquer dans une galette de riz par exemple, en faisant remarquer le bruit et en utilisant des petits morceaux croqués un à un. On peut répéter au moment du dessert avec quelque chose que l’enfant aime. La position de l’enfant à table est importante : il doit être bien assis, bien calé, face à la table, le buste dégagé, de manière à l’aider à mieux mastiquer, avaler et digérer.

Que faire si mon enfant ne veut pas manger ?

Si un enfant est un peu nauséeux, ou n’a pas d’appétit, il est préférable qu’il ne mange pas seul. Etre entouré au moment des repas, dans une ambiance conviviale, en voyant les autres manger, lui permet de mieux comprendre l’importance de se nourrir.

Comment donner à mon enfant une bonne alimentation ?

Au cours des premières années (1 à 3 ans), l’enfant doit manger de tout et raisonnablement. Il faut éviter les boissons sucrées et les aliments trop gras. Si des troubles digestifs sont constatés, tortillements, diarrhée, baisse de l’appétit, ou même un changement de comportement de l’enfant, il faut en parler au médecin afin qu’il décèle ou non la preuve d’une allergie. En effet, l’enfant est plus disposé aux allergies au gluten ou au lactose. Si c’est le cas, il prescrira des examens adaptés puis éventuellement un régime spécifique (sans sucre, sans gluten, sans lactose, etc.).

Comment trouver le bon équilibre alimentaire ?

A cause d’une certaine tendance à l’obésité, l’enfant doit faire de l’activité physique, et prendre très vite de bonnes habitudes alimentaires : manger aux repas et non entre les repas, manger équilibré (peu gras et très peu sucré). Le sucre peut être remplacé par des compléments moins sucrés, comme la compote ou l’amande en poudre. Il existe également des compotes et des petits pots sans sucre.

Il lui faut manger de tout, sachant que certains aliments, un peu acides, ont plus de mal à être acceptés, et que chaque enfant a ses propres préférences. L’alimentation doit être variée et équilibrée, les produits frais apportent les vitamines nécessaires à l’enfant. La quantité d’aliments doit être adaptée à son activité physique. En effet, le risque que l’enfant ne devienne obèse est réel, mais n’est en aucun cas une fatalité. Une bonne alimentation, une activité physique régulière, une bonne prévention, ou correction, des troubles orthopédiques sont des aides précieuses pour prévenir et combattre l’excès de poids.

Voici quelques suggestions pour un régime alimentaire et une hygiène de vie à tous les âges :

  • Donner au jeune des aliments peu sucrés, et l’habituer à boire de l’eau et non des boissons sucrées. Ces dernières sont réservées aux jours de fête… Mais on ne fait pas la fête tous les jours !
  • Lui donner l’habitude de ne pas reprendre d’un plat ; on le sert une fois pour toutes
  • Lui donner également une fois pour toutes le pain qu’il peut manger durant le repas ; là encore, on ne reprend pas
  • Lui proposer progressivement une alimentation variée sans tenir compte de ses caprices ; s’il refuse un aliment, ne rien lui donner d’autre
Comment combattre la tendance à l’obésité ?

Encouragé chaleureusement et régulièrement, ce qui n’exclut pas, bien au contraire, l’humour, l’adolescent acceptera plus facilement les contraintes alimentaires. Motivé par l’idée de faire plaisir, de plaire, d’être plus belle, de porter une jolie robe, la jeune fille est capable de grands efforts… Et s’il y a rechute, ce n’est pas bien grave si on est là pour aider à repartir.

Que dois-je faire si mon enfant prend trop de poids ?

S’il y a une prise de poids trop importante, on décide ensemble de la suppression d’un aliment (confiture, sucre, tartine, fromage, table de régime dans certains foyers, etc.). Quand la courbe a repris son allure normale, on reprend la vie normale. S’il est très facile de perdre 2 kg ou même 5, il est pratiquement impossible d’en perdre 20 ou 30… Mais on ne prend pas non plus 20 kg en une semaine !

En cas de prise de poids ou d’amaigrissements importants, il faudra contrôler la fonction thyroïdienne et la glycémie. Avant de parler de « vieillissement prématuré » ou de maladie d’Alzheimer, il faut rechercher les choses simples qui peuvent être contrôlées. Du fait de l’obésité, les vergetures peuvent être importantes : des pommades peuvent alors améliorer la situation. Il faut, bien sûr, conseiller des sous-vêtements adaptés, traiter les coupures au niveau des plis (plis inguinaux chez les garçons surtout ; leur conseiller le caleçon plutôt que le slip), et favoriser la marche. La natation est, bien sûr, souhaitable, mais la piscine peut être refusée par l’adolescent en raison, justement, de son obésité.

Que faire en cas de constipation ?

Pour lutter contre la constipation, l’enfant doit boire beaucoup d’eau et favoriser les fruits et les fibres dans l’alimentation, ces apports naturels étant plus facilement éliminés. En l’absence d’allergie alimentaire, on peut également lui donner des fruits secs (abricots, pruneaux, kiwi, figues, dattes…).

Chère future Maman

Voir d’autres vidéos

Newsletter mensuelle

Institut Jérôme Lejeune