Questions et réponses – Interactions

Comment stimuler le petit enfant ?

Tout petit, l’enfant dort souvent beaucoup. Il faut profiter des moments d’éveil pour passer du temps avec lui. Peu à peu, il va de plus en plus s’éveiller. Le jeu à ces moments-là peut servir de stimulation, l’éveil de ses sens et son renforcement musculaire.

Comment faire le renforcement musculaire ?

L’hyperlaxité touche toutes les articulations de bébé, mais, en particulier, celles de la colonne cervicale. De ce fait, la nuque doit être toujours protégée et maintenue. Les mouvements un peu forcés doivent être évités au niveau de toutes les articulations. Le dos du bébé est particulièrement hypotonique. C’est pourquoi, quand on le mettra assis, sa tête tombe en avant et, quand il est couché sur le ventre, il la relève avec difficulté. Les bébés ont besoin des muscles du dos pour tenir et bouger leur tête. Pour se renforcer, les muscles du dos ont besoin de kinésithérapie active.

Afin de muscler le bébé et de l’aider à se tenir assis, on peut le caler dans la bonne position avec un oreiller. Quand un bébé est allongé sur le ventre, on peut agiter devant lui, à hauteur de son visage, un petit hochet coloré qui fait du bruit afin de l’inciter à lever sa tête. Ainsi, par ce petit jeu, il se muscle petit à petit le cou.

Comment porter le bébé au mieux ?

Quand on porte l’enfant, il faut mieux éviter les coques rigides et les kangourous. En effet, ils n’accompagnent pas la courbure du dos qui est accentuée chez le bébé. Les écharpes, plus douces, permettent de porter l’enfant par la base (fesses), ce qui favorise un bon maintien.

Comment stimuler l’enfant ?

Pour éveiller ses sens, on peut sortir l’enfant de son transat et jouer avec lui. Ainsi, l’enfant peut voir ceux qui l’entourent et participer, à sa manière, à la vie de famille. Il est bon de le mettre sur le dos, allongé sur un tapis mousse épais posé à terre en essayant de lui faire attraper des anneaux par exemple. Quand l’enfant est sur nos genoux, nous pouvons lui faire suivre du regard des jouets sonores.

Quelles activités pour l’enfant de 4 à 7 ans ?

Les activités doivent être faites de manière récurrente et régulière même si les résultats n’arrivent que plus tard. Ceux-ci seront variables selon les enfants, mais tous les progrès réalisés raviront les parents et l’enfant. Il faut être attentifs à valoriser dans le jeu les compétences de l’enfant. Son sens musical ou théâtral, son humour, etc. Ainsi, peu à peu, pourra ressortir son domaine d’excellence.

Il existe de nombreux jeux qui permettent à l’enfant de se familiariser avec les lettres et les chiffres. De même, il existe des méthodes d’apprentissage (Makaton [consulter le site Internet de Makaton : http://www.makaton.fr] pour le langage, Borel-Maisonny pour la lecture, Montessori pour les mathématiques…) qui peuvent se présenter sous forme ludique.

Comment faire pour jouer et rééduquer à la fois ?

Les jeux doivent rester des moments ludiques pour l’enfant. Avant tout, il faut que l’enfant puis l’adolescent et l’adulte soit heureux des loisirs qu’il pratique. D’autant qu’il est valorisant pour lui d’avoir, comme ses frères et sœurs, des activités. Il faut laisser l’enfant jouer avec d’autres que nous. Les activités doivent être proposées, de façon naturelle, à titre de jeu, et non de façon systématique à titre éducatif. Pour préparer le langage, on peut faire des activités autour du souffle par exemple.

De même, les jeux du langage sont destinés à encourager la vocalisation et l’utilisation du langage dans des situations de détente. Il ne faut jamais forcer l’enfant à se joindre au jeu, mais l’encourager gentiment à participer à des jeux amusants et agréables. Notre imagination doit marcher dans le but essentiel de bien s’amuser.

Comment puis-je l’aider à assimiler les consignes ?

Donnons le temps nécessaire à l’enfant pour assimiler les consignes. Quand nous lui proposons quelque chose de nouveau, la consigne doit être simple et unique. Répétons toujours la même consigne de la même façon.

Peut-on le faire profiter des espaces publics ?

Les aires de jeu, comme dans les jardins publics, permettent à nos enfants de s’initier à de nouveaux mouvements : courir, grimper, se hisser, se cacher, etc. Ce sont des sorties toujours riches d’expériences. Certains portiques ont des échelles horizontales suspendues. Nous pouvons, en tenant les hanches de notre enfant, l’aider à passer d’une barre à l’autre. Ce léger étirement va le fortifier et le tonifier.

En faisant de la balançoire régulièrement, tout doucement, l’enfant s’y familiarisera petit à petit. Ce jeu permet d’appréhender l’espace et d’assimiler le fait de ne pas toucher terre. Pour qu’il soit rassuré au début, proposons-lui une balançoire-siège.

Peut-il avoir un animal de compagnie ?

Comme pour tous les enfants, un animal de compagnie peut apporter beaucoup de joie, et favoriser la responsabilisation si les parents aident le jeune à s’occuper lui-même d’un certain nombre de tâches. Ils veilleront néanmoins à ce que les soins nécessaires à l’animal soient apportés. S’il existe une importante angoisse de séparation d’avec les parents le soir, la présence de l’animal dans la chambre peut contribuer à apaiser ce moment.

 

Chère future Maman

Voir d’autres vidéos

Newsletter mensuelle

Institut Jérôme Lejeune