Recherche sur Alzheimer et Trisomie 21

 

Des projets de recherche sur Alzheimer et trisomie 21 : une synergie au bénéfice des parents.

 

Dans la perspective de la Journée Mondiale de la maladie d’Alzheimer dimanche 21 septembre, les Journées Cliniques Internationales Jérôme Lejeune (18 et 19 septembre)* consacrent deux interventions à la thématique :

  • « Trisomie et démence : le point de vue du neurologue » – par IRA T. LOTT (Neurologue, Pédiatre à l’Université de Californie, Los Angeles) ;
  • « La maladie d’Alzheimer chez les sujets âgés porteurs de trisomie 21 : mise en évidence des différents stades de l’évolution » – par WAYNE SILVERMAN (Directeur de la Recherche sur les maladies génétiques de l’intelligence à l’Université Johns Hopkins, Baltimore).

DES PROJETS de recherche sur Alzheimer et trisomie 21

Grâce aux progrès thérapeutiques, les personnes trisomiques bénéficient d’une nette augmentation de leur espérance de vie. Or cet allongement de l’espérance de vie conduit à observer des pathologies liées au vieillissement et notamment la maladie d’Alzheimer.

Dans ce contexte, pour comprendre les liens étroits existants entre ces deux pathologies, la Fondation Jérôme Lejeune contribue à développer le travail des chercheurs sur le lien entre la trisomie 21 et les processus d’accélération du vieillissement cérébral et notamment la maladie d’Alzheimer. Ainsi elle a lancé en 2014 plusieurs appels à projets pour comprendre les liens étroits entre ces deux pathologies.

Pour sa part l’Institut Jérôme Lejeune finalise en ce moment, avec sa consultation, un projet de recherche clinique, sur le vieillissement des personnes trisomiques et en particulier sur l’association entre la trisomie et la maladie d’Alzheimer.

Recherche sur Alzheimer et recherche sur la trisomie : UNE SYNERGIE au bénéfice de nombreux patients

Les scientifiques se sont aperçus que les personnes trisomiques pouvaient développer précocement la maladie d’Alzheimer. Le gène à l’origine des plaques amyloïdes est le « gène APP », gène qui se trouve sur le chromosome 21. Une surexpression de ce gène conduit à une augmentation des plaques amyloïdes, lésions spécifiques de la maladie d’Alzheimer.

L’étude de ces mécanismes chez les patients trisomiques 21 peut contribuer à faire progresser la recherche sur la maladie d’Alzheimer. Inversement, la recherche sur la maladie d’Alzheimer peut bénéficier aux personnes trisomiques 21 vieillissantes. Les perspectives pour la santé de tous sont majeures.

*Tout le programme des Journées Cliniques Internationales Jérôme Lejeune : www.jcijl.org

 


 

Interview avec la Directrice Internationale de la Recherche en mars 2014 sur Alzheimer et la Trisomie 21