Recherche pour la trisomie 21 : la Fondation Jérôme Lejeune au parlement européen le 21 mars

A l’occasion de la journée mondiale de la trisomie 21, la Fondation Jérôme Lejeune organise le mardi 21 mars à 15 h 30, une conférence ouverte à tous au Parlement européen de Bruxelles sur la recherche au bénéfice des personnes porteuses de trisomie 21. La fondation souhaite ainsi poursuivre son interpellation des responsables politiques européens sur la nécessité de développer des programmes de recherche à visée thérapeutique.

Co-parrainé par deux députés européens, Miroslav Mikolášik (PPE, Slovaquie), et Marek Jurek (ECR, Pologne), cet événement offre l’occasion de susciter une volonté politique pour inscrire les besoins de cette recherche dans le budget européen.

Des chercheurs et des cliniciens de renommée internationale exposeront leurs travaux les plus en pointe. Parmi eux, les cliniciens Juan Fortea (neurologue à Barcelone) et Clotilde Mircher (pédiatre à l’Institut Jérôme Lejeune à Paris), la chercheuse espagnole Mara Dierssen (présidente de la société savante « T21 Research Society ») ainsi que les français Yann Herault et Laurent Meijer, chercheurs au CNRS. Des interventions porteront notamment sur les perspectives offertes par la recherche sur les pathologies croisées. L’ambition de cette conférence est de faire connaître aux responsables politiques européens l’état de la recherche thérapeutique.

Des personnes porteuses de trisomie 21 les interpelleront avec leurs propres questions :

  • Est-ce qu’il y a de l’argent pour que les chercheurs puissent travailler sur la trisomie 21 ?
  • Qu’est-ce qui pourrait être fait pour que je réfléchisse plus facilement et que je mémorise mieux ?
  • Est-ce que vous les députés européens vous vous intéressez à la trisomie 21 ?

 

La #SocksBattle4DS
Pour attirer l’attention sur cette conférence, la Fondation Jérôme Lejeune s’associe à la World Youth Alliance pour relancer la traditionnelle bataille de chaussettes (« Socks Battle ») sur les réseaux sociaux.

L’objectif ? Les chaussettes dépareillées sont une manière ludique et simple d’interpeller sur la différence et la norme, de s’interroger sur la perception des personnes trisomiques.

De nombreux responsables politiques ont déjà participé, comme Maroš Šefčovič, vice-président de la Commission européenne, Vytenis Andriukaitis, commissaire européen chargé de la santé, ou encore Françoise Grossetête, eurodéputée, Vice-Présidente du groupe PPE.

Facebook : Fondation Jérôme Lejeune / World Youth Alliance
Twitter : @Fondlejeune / @WYA
Le tout est à suivre sur les réseaux sociaux avec le mot-clef #socksbattle4DS