Sauver la vie

meurtre

Face au projet de loi santé et à l’affaire Vincent Lambert, la Fondation se mobilise. Sans relâche, elle ne baisse pas les bras et dénonce les dérives d’une médecine déshumanisée. Avec vous, elle peut sauver des vies.

A peine votée en 1ère lecture à l’Assemblée, la proposition de loi Claeys-Leonetti, qui légalise une forme d’euthanasie par la sédation jusqu’à la mort et les directives anticipées obligatoires, le gouvernement a enchainé les transgressions suivantes via le projet de loi santé (voté en première lecture le 14 avril) : hyper banalisation de l’avortement, développement de sa pratique, automatisation du don d’organes, instauration d’un nouveau régime de recherche sur l’embryon (voir l’encadré ci-contre).

Dans le même temps, les 10 ans de la loi Leonetti relative à la fin de vie (22 avril 2005) étaient célébrés par certains, oubliant ou ignorant que cette loi portait les germes des dérives euthanasiques actuelles en demandant de considérer l’alimentation et l’hydratation non plus comme des soins dus à toute personne mais comme des traitements pouvant alors relever de l’acharnement thérapeutique.

Et pourtant l’affaire Vincent Lambert, conséquence de cette loi, a été très largement médiatisée en raison du procès porté devant le Conseil d’Etat et la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH).

L’état de Vincent Lambert doit être reconsidéré : contrairement à ce qui a été dit, il n’est évidemment pas mort, il n’est pas non plus en état végétatif, et il ne fait pas l’objet d’un acharnement thérapeutique. Très grand handicapé, il est en état de conscience minimale.

A l’heure où ces lignes sont écrites (fin avril), la décision de la CEDH était proche. Le cas Vincent Lambert est devenu emblématique de l’évolution de la société française, qui considère que certaines vies humaines ne valent pas (avant la naissance) ou ne valent plus (handicap ou fin de vie) la peine d’être vécues.

■ Une mobilisation peut dissuader
En réaction, un comité de soutien s’est organisé pour faire connaître la vérité et mobiliser : www.jesoutiensvincent.com.

Le premier objectif est de sauver Vincent : si la CEDH rejette la requête des parents, une mobilisation citoyenne massive peut encore dissuader les soignants de mettre à exécution la décision. Le comité de soutien veut aussi alerter quant à l’impact de cette décision sur les 1 500 autres handicapés en état de conscience minimale en France.

■ L’héritage de Jérôme Lejeune

Jusqu’à cet été, les transgressions des textes en cours d’élaboration vont poursuivre le parcours législatif à l’issue duquel elles devraient être votées. La Fondation Jérôme Lejeune n’attend pas de miracle tant l’impuissance des responsables politiques et des autorités morales qui seraient en mesure d’y faire obstacle est écrasante.

>En revanche, elle ne compte pas abandonner une mission reçue en héritage du professeur Jérôme Lejeune : défendre la vie et la dignité des personnes humaines, menacées par une médecine déshumanisée. Sans relâche elle poursuit son engagement : informer sur l’actualité bioéthique, analyser les enjeux des situations et des textes en débat, mobiliser les citoyens, interpeler les acteurs politiques. Aujourd’hui la Fondation appuie avec force le comité de soutien à Vincent Lambert et vous appelle à signer l’Appel « Sauver Vincent, tout simplement »


Mobilisation : Agir pour sauver Vincent Lambert

Vincent-Lambert-260Un comité de soutien se mobilise via www.jesoutiensvincent.com permettant à chacun de :
→ CONNAÎTRE L’AFFAIRE : une chronologie complète, la situation médicale de Vincent, le volet judiciaire
→ SE TENIR AU COURANT DE L’ÉVOLUTION DES ÉVÈNEMENTS, via les comptes Facebook (/jesoutiensvincent) et Twitter (@SoutienVincent)
→ SIGNER L’APPEL : Sauver Vincent, tout simplement.

Si la CEDH devait rejeter la requête des parents de Vincent Lambert, alors l’ordonnance de faire mourir Vincent de faim et de soif pourrait être à nouveau mise en route. Mais le CHU de Reims et son nouveau  médecin chef mettront-ils à exécution cette décision de justice ?
Cette mobilisation pour sauver Vincent est donc déterminante ; elle peut par son ampleur dissuader des soignants de mettre à exécution une telle décision. Des médecins, responsables d’unités spécialisées pour le grand handicap, écrivains, philosophes, historiens, ont déjà signé.

Chaque signature compte : Signez l’Appel « Sauver Vincent, tout simplement ». 
Faites-le connaître ! Un grand merci par avance pour Vincent, et les autres.