Tous à Paris le 25 janvier pour dire non à l’euthanasie !

 

Le 12 décembre, les députés Jean Leonetti et Alain Claeys ont rendu leur rapport sur la fin de vie au Président de la République. Ce dernier a pris la parole pour donner des gages d’apaisement aux citoyens vigilants. Des dérives euthanasiques ? Ce serait des chiffons rouges agités par des opposants trop virulents…

Ces « opposants » ne demandent pas mieux que de rester au chaud un dimanche de janvier et d’accorder le bénéfice du doute au Président. Cependant, plusieurs raisons leur laissent penser que la vigilance est indispensable.

Un « non à l’euthanasie » affiché mais pas appliqué.

La France avance vers l’euthanasie. Candidat à la présidentielle, François Hollande en faisait l’objet d’une promesse de campagne. Aujourd’hui, le rapport Claeys-Leonetti utilise des contorsions linguistiques de nature à faire passer la pilule d’une euthanasie politiquement correcte.

• Créer un « droit à la sédation profonde » qui conduit à la mort. Même sans injection d’un produit létal, il s’agit là d’un geste euthanasique, dont le marqueur est la volonté de provoquer la mort (par le recours à des doses excessives de sédatif antidouleur et anesthésiant, plus importantes que celles nécessaires à un endormissement destiné à soulager la souffrance).

• Rendre contraignantes les directives anticipées. Il s’agit là d’une dénaturation de l’acte médical qui, par essence, ne peut pas être un acte qui tue et d’une fausse liberté. En effet, présentée comme l’avènement de l’autonomie des patients, pour la très grande majorité d’entre eux cette évolution va, au contraire, générer contrainte, enfermement et potentiellement stigmatisation.

Stop à l’effet domino !

Le scénario est maintenant tellement connu que l’angélisme en la matière n’est plus valable. Depuis la légalisation de l’avortement, il y a exactement 40 ans, en passant par la sélection prénatale, la recherche sur l’embryon,la PMA, et bientôt la GPA, toutes les réformes relatives au respect de la vie humaine ont suivi le même chemin, présenté comme la voie du progrès : après l’invocation de cas particuliers marqués par la souffrance, une première loi est votée pour autoriser une transgression au respect de la vie, tout en rassurant l’opinion par l’encadrement de cette transgression, et son inscription dans un régime d’exception.

Cette exception devient rapidement la règle, puis la transgression finit par être brandie comme un « droit fondamental ». Les bouleversements que cette démarche systématique implique s’enchaînent comme des dominos et font tomber les uns après les autres les repères structurant de la société, protecteurs des vies humaines fragiles.

Le 21 janvier, commencera le débat parlementaire sur la fin de vie. Le 29 janvier un texte sera examiné pour réclamer l’euthanasie et le suicide assisté. Entre les deux, une date, un événement pour s’opposer à cette prochaine étape du dérèglement bioéthique : Marche pour la vie du 25 janvier : faites-vous entendre !

Facebook RejoignezTwitter suivez