Un cœur de père XXL pour les plus fragiles

Dominique Leguet a adopté 9 enfants, dont 5 sont porteurs de trisomie 21. Sa vie parsemée de rencontres l’a très souvent confronté à la détresse de celles et ceux que personne ne voulait accueillir. Créateur de l’association Espoir 21, il se prépare en famille à prendre le chemin de Compostelle.

Ancien commercial et veuf depuis neuf ans, ce père de famille témoigne d’une générosité pour le moins hors normes. L’homme est aussi discret que l’étroit sentier menant au portail de la demeure qu’il a construite de ses mains. Le bien ne fait pas de bruit dit-on, mais il mérite de temps à autre un coup de projecteur. L’histoire de cette famille nombreuse est une litanie qui débute en 1972. Tout commence par la naissance d’Emmanuelle, un bébé en parfaite santé ; mais deux ans plus tard, un problème d’ordre biologique pousse Dominique et Marie-Odile à se tourner vers l’adoption. Ils accueillent la petite Anne âgée de 4 ans et originaire de Corée du Sud, puis Vincent, 6 mois, originaire du Maghreb.
Trois ans plus tard, leur démarche s’amplifie et s’ouvre au handicap. Indignés par le sort réservé aux enfants trisomiques abandonnés sous la pression des médecins, Dominique, Marie-Odile et une de leurs amies du Var créent une œuvre d’adoption. Les Leguet adoptent Claire, un bébé trisomique de 6 mois qui est tout de suite pris en charge par le Professeur Jérôme Lejeune. En 1987, c’est au tour de Marie, elle aussi dotée de ce chromosome supplémentaire. Aujourd’hui, c’est contre l’avortement quasi systématique des enfants trisomiques que Dominique s’insurge. Il ne comprend pas ceux qui « ne veulent pas voir ces enfants comme des êtres humains à part entière ».
Les Leguet auront accueilli provisoirement plus de 50 bébés et jeunes enfants porteurs de trisomie 21 ! Parmi eux, ils ont aussi adopté la petite Clémence, « puisque personne n’en voulait », puis à la demande de la DASS, ils ont accueilli Clément, « au départ pour dépanner ». Agé de  4 ans, cet enfant trisomique était condamné par les médecins pour insuffisance cardiaque. Les Leguet refusaient de l’imaginer mourir sans cadre familial et l’ont adopté. Clément Leguet a désormais 29 ans… En 1995, le dernier enfant trisomique à rejoindre la fratrie est Denis. Il précède Anne-Claire, atteinte d’un handicap physique. Dominique a aussi hébergé des jeunes en rupture avec la société. Ce fut une source de joies et d’échanges mais aussi de frustrations face à l’ingratitude des fugues et des départs précipités.
Les Leguet sont des pionniers. Ils avaient créé une classe CLISS en 1984 et lorsque l’une de leurs filles avait rencontré des difficultés dans un IME, ils avaient monté une classe hors-contrat de 12 élèves sous l’égide du rectorat et fondé l’association Espoir 21, pour offrir une éducation adaptée à chaque enfant trisomique.
A la mort de son épouse en 2009, Dominique  s’est réfugié dans la réhabilitation d’une maison achetée à son voisin pour en faire un lieu d’accueil adapté au handicap. Depuis 2011, il y a ouvert un lieu d’accueil de jour doté d’un atelier de 130 m² pour adultes handicapés mentaux. Ils y fabriquent des bougies, des articles en vannerie et des tapis. « Il s’agit de les accompagner dans leurs gestes, sans faire à leur place, pour favoriser l’autonomie dans le respect du rythme de chacun » précise Dominique. L’association vit de la vente de ces produits et ne perçoit pas de subventions. Dominique y met beaucoup de sa poche. Pour aller plus loin et motiver ses jeunes adultes, il organise le Défi Compostelle : 28 000 € de budget, 140 km de randonnée en binôme, 10 étapes à la carte sur 10 jours, un minibus d’assistance et des visites culturelles sur un chemin mythique depuis des siècles avec 10 adultes porteurs de trisomie 21. L’objectif est de les aider à s’épanouir pleinement et leur montrer qu’ils sont capables de se dépasser, tant physiquement que moralement. « Vivre au quotidien avec des personnes trisomiques peut paraître lourd, difficile, incompréhensible pour certains, mais ils ont une telle richesse de cœur et de ressources physiques insoupçonnées que cette expérience motive l’ensemble des 14 bénévoles* qui les encadreront. »

*Parmi eux : un médecin généraliste, un psychothérapeute et une aide médico-psychologique.

Départ d’Astorga le 3 juin pour Compostelle.
Pour aider le projet Défi Compostelle :
Dominique Leguet : 06 09 82 52 60 – espoir21orleans@gmail.com