Vincent Lambert : les mesures provisoires demeurent obligatoires.

28 juin 2019

La Cour de cassation vient de casser l’arrêt de la Cour d’appel de Paris. La Fondation Jérôme Lejeune regrette cette décision.

Cependant, la cour de cassation ne s’est prononcée que sur une question de compétence mais pas sur le caractère obligatoire des mesures provisoires prescrites par les comités onusiens. Or ces mesures provisoires qui consistent à maintenir l’alimentation et l’hydratation de Vincent Lambert demeurent et s’imposent au docteur Sanchez.

Vincent Lambert n’est pas en fin de vie, il est handicapé. Est-ce que le seul fait d’être handicapé justifie un arrêt de l’alimentation et de l’hydratation ? Ça serait une discrimination envers les personnes handicapées.

Poursuivant l’œuvre du Professeur Jérôme Lejeune, qui aimait rappeler que « la qualité d’une civilisation se mesure au respect qu’elle porte aux plus faibles de ses membres », la Fondation Jérôme Lejeune ne peut se résoudre à accepter une société qui élimine les personnes handicapées au lieu de les soigner.