Besoin d’aide ?
×
Voici les questions les plus posées :
  • Comment suivre l’actualité bioéthique ?
  • En savoir plus sur les dons et la fiscalité ?
  • Quel est l’état de la recherche scientifique ?
  • Êtes-vous patient ou à la recherche d’informations sur les consultations médicales ?
  • Are you researcher?
DON IFI - Impôt sur la Fortune Immobilière :
DEVENEZ MOTEUR DE GRANDES INNOVATIONS THÉRAPEUTIQUES !
DÉDUISEZ 75% DE VOTRE DON !
Précédent
Suivant

POURQUOI FAIRE UN DON IFI ?

Pour soutenir la recherche de la Fondation Jérôme Lejeune

Faire un don IFI à la Fondation Jérôme Lejeune, c’est être le moteur de nos projets de recherche et soutenir concrètement de grandes innovations thérapeutiques pour mettre en échec la Trisomie 21 et les autres déficiences intellectuelles d’origine génétique.

Pour réduire votre IFI au maximum

La réduction d’impôt au titre des dons est possible dans le cadre de l’IFI. Si vous êtes soumis à l’IFI, vous pouvez déduire 75% du montant de votre don à la Fondation dans la limite de 50 000€ par an.

Par exemple : Si vous êtes redevable d’un impôt de 3 000 € au titre de l’IFI, un don de 5 000 € à la Fondation Jérôme Lejeune, vous permet de réduire votre IFI à zéro et permettra à la Fondation de disposer, grâce à votre générosité, de 5 000 € pour agir en faveur des plus fragiles.

GUIDE FISCAL IFI

Vous êtes concerné par l’IFI si la valeur de votre patrimoine immobilier dépasse 1,3 million d’euros au 1er janvier 2021.

Dans ce cas, l’imposition IFI s’applique au-delà de 800 000 €. 75% de votre don au bénéfice de la Fondation Jérôme Lejeune est déductible de votre IFI, jusqu’à 50 000 € de réduction fiscale (correspond à un don de 66 667 €).

L'OBJECTIF DE LA RECHERCHE :

TROUVER UN TRAITEMENT POUR METTRE EN ÉCHEC LA TRISOMIE ET LES AUTRES DÉFICIENCES INTELLECTUELLES D’ORIGINE GÉNÉTIQUE

Pour atteindre cet objectif, la Fondation finance la recherche de traitements thérapeutiques innovants dans le monde entier. Cette recherche a déjà permis d’identifier de nombreux gènes impliqués dans les  dysfonctionnements de la cognition. Elle nous a également appris que ces gènes sont aussi impliqués dans des maladies touchant la population générale, telles qu’Alzheimer, certains cancers ou encore de graves troubles pulmonaires.

Aujourd’hui, les gènes DYRK1A, CBS et RCAN1 font l’objet d’une attention particulière. Ils sont au cœur de 3 grands programmes de recherche, pivots pour la trisomie 21 mais non exclusivement.

3 GRANDS PROJETS

DES PISTES DE RECHERCHE PROMETTEUSES AU BÉNÉFICE DE TOUS

La Fondation Jérôme Lejeune soutient la recherche sur les « pathologies croisées » associées à la trisomie 21, notamment Alzheimer et le cancer.

LES CHIFFRES CLÉS DE LA RECHERCHE :

0
Programmes de recherche soutenus
0
Millions d’euros par an alloués à la recherche
0
Appels à projets par an
1
Conseil scientifique international
0
Plus de 700 publications scientifiques
0
Prix « Jeunes chercheurs » par an
0
Bourses pré-doctorales par an
1
Bourse post-doctorale par an

En savoir plus sur les activités de la Fondation Jérôme Lejeune en consultant le rapport d’activité 2019-2020.

FOCUS SUR LES 3 PROGRAMMES DE RECHERCHE :

1. Trisomie 21 et troubles pulmonaires : l’implication du gène RCAN1

Le gène RCAN1, porté par le chromosome 21, se révèle être un acteur essentiel dans les troubles liés à la trisomie 21. Ce gène est présent et surexprimé dans le cerveau, le coeur et les muscles. Les recherches récentes révèlent que la surexpression de RCAN1 est associée aux pathologies neurologiques, cardiaques, immunologiques et hématologiques liées à la trisomie 21.

De nombreuses équipes travaillent sur le développement neuronal et les troubles cognitifs liés au RCAN1.


L’équipe menée par le Pr Csaba Galambos, Université du Colorado (USA), explore le lien entre la surexpression du gène RCAN1 qui freine le processus de croissance de nouveaux vaisseaux sanguins et son impact sur la fonction des cellules des vaisseaux pulmonaires. Ces anomalies peuvent être liées à l’altération de la croissance pulmonaire et à l’hypertension pulmonaire chez les nourrissons et les enfants avec trisomie 21.

Ainsi, la normalisation de la surexpression du gène RCAN1 présente un potentiel thérapeutique important. Ce gène RCAN1 est en phase d’exploration et les chercheurs étudient cette cible moléculaire à visée thérapeutique tant pour les personnes avec trisomie 21 que pour la population générale.

CsabaGalambos

Docteur Csaba Galambos

Médecin et chercheur, il est spécialisé dans les pathologies pédiatriques et plus particulièrement dans les maladies cardiopulmonaires. Il a exercé une grande partie de son activité à l’hôpital pour enfants du Colorado aux Etats-Unis. Expert reconnu pour ses compétences diagnostiques, le Dr Galambos a fait le choix d’orienter sa carrière dans la recherche translationnelle sur la biologie vasculaire pulmonaire pédiatrique. Son objectif : concevoir un traitement pour prévenir ou retarder les anomalies pulmonaires pédiatriques.

2. Trisomie 21 et les cellules neuronales : le projet CBS H2S

Les personnes trisomiques ont dans toutes les cellules de leur corps trois chromosomes 21 au lieu de deux. Le gène CBS, fait partie des gènes situés sur le chromosome 21. Le Pr Szabo et son équipe ont démontré que la surexpression de ce gène et la toxicité du gaz H2S, qu’il produit en excès, sont responsables de certains troubles neurocognitifs et autres effets délétères liés à la trisomie 21. H2S en excès bloque une partie du métabolisme énergétique cellulaire et entraine une toxicité sur la croissance et le développement cellulaire. En complément, ils ont également démontré que l’inhibition du gène CBS permettrait d’améliorer les fonctions neuronales. Tout en lançant un projet ambitieux de recherche d’inhibiteurs pharmacologiques du gène CBS, dont les premiers résultats seront connus en juin 2021, le Pr Szabo développe simultanément avec le Pr Yann Hérault (IGBMC d’Illkirch), un programme étudiant le surdosage en CBS sur les cellules neuronales de modèles souris porteurs de trisomie 21. L’équipe d’Illkirch explore plus spécialement le processus du vieillissement cellulaire dans lequel le gène CBS est impliqué.

Les résultats permettront de mieux comprendre le rôle du gène CBS sur le vieillissement prématuré dans la population avec trisomie 21 et pourraient à terme déboucher sur un traitement luttant contre les pathologies associées à la trisomie 21, comme la maladie d’Alzheimer.

CsabaSzabo

Professeur Csaba Szabo

Médecin et chercheur, il est le spécialiste mondial du gène CBS et du gaz H2S. Il a notamment beaucoup travaillé et publié sur le rôle du gène CBS dans la survenue de certains cancers. Après une longue carrière aux États-Unis, le Pr Szabo a réorienté depuis 3 ans, ses connaissances et expertises sur la trisomie 21. Il travaille aujourd’hui en étroite collaboration avec l’Université de Fribourg en Suisse et avec la Fondation Jérôme Lejeune. Son objectif : concevoir un traitement pour prévenir ou retarder les anomalies pulmonaires pédiatriques.

3. Trisomie 21 et Alzheimer : le projet DYRK1A

Depuis 12 ans, la Fondation Jérôme Lejeune soutient le docteur Laurent Meijer, Perha Pharmaceuticals à Roscoff, dans ses recherches sur la protéine kinase DYRK1A. Le but du programme DYRK1A est de développer un médicament pour corriger les troubles cognitifs associés à la trisomie 21 et d’améliorer la courbe d’apprentissage des patients. Les chercheurs ont démontré qu’une activité trop élevée de cette protéine participe aux déficits cognitifs associés à la trisomie 21. L’autre axe de ce développement est la maladie d’Alzheimer.

La recherche visant à développer des inhibiteurs de cette protéine DYRK1A revêt donc un double intérêt et ouvre de nouvelles voies thérapeutiques pour ces deux maladies.

Une étape capitale vient d’être franchie : une molécule répondant à tous les critères d’un candidat médicament est désormais sélectionnée, permettant de préparer la phase de développement préclinique préalable à l’administration chez l’homme.

LaurentMeijer

Docteur Laurent Meijer

Président et Directeur scientifique de la start-up de biotechnologies Perha Pharmaceuticals, le docteur Laurent Meijer est l’un des spécialistes mondiaux des protéines kinases et de leurs inhibiteurs. C’est un expert reconnu en chimie et en biologie cellulaire et moléculaire. Son objectif : développer un traitement pour les personnes atteintes de trisomie 21 et celles atteintes de la maladie d’Alzheimer.

SI VOUS N’ÊTES PAS REDEVABLE DE L’IFI :

Vous pouvez soutenir les projets de la Fondation et déduire 66% du montant de votre don, au titre de l’Impôt sur le Revenu, dans la limite de 20% de votre revenu imposable. 

Si votre don dépasse ce seuil, vous pouvez reporter l’excédent pendant 5 ans.

Pour toutes questions, vous pouvez contacter :

Céline du Boispéan

Céline du Boispéan

Chargé des relations donateurs
donateurs@fondationlejeune.org
01 44 49 74 51